Graines, croissance des végétaux et ASTUCES




Quelles graines, dis donc !


Graines, plantations et croissance des végétaux
Cycle 1 – CP

Reconnaître les manifestations de la vie végétale permet aux enfants d’approfondir le développement et la croissance du végétal :
– Etre curieux de la vie végétale,
– Comprendre la relation graine et plante,
– Manipuler. 

Un projet sur les graines, les plantations et leur croissance peut articuler :
– du langage (les albums et les échanges),
– de la découverte du monde (la plantation de graines et l’observation) et
– l’approche d’une démarche scientifique (questionnements, hypothèses et vérifications).

La plantation de graines (haricots, lentille, radis …) permet d’aborder les sciences et le monde du vivant dès les premières années à l’école maternelle.

La culture de radis est la plus intéressante pour les enfants car ils poussent et se consomment vite ! Arrosés régulièrement, les enfants auront le plaisir de récolter des radis 4 à 8 semaines plus tard.

Matériel et organisation : les contes, ainsi que des jardinières, des graines de radis, de lentilles, de haricots…, de la terre, des petites pèles.

Quel radis, dis donc! (Praline Gay-Para, Andrée Prigent), La fabuleuse histoire du maïs (conte Indien),
Jack et le haricot magique (conte anglais) ci-dessous,
Les aventures des cinq petits pois (Andersen),
La paille, la Braise et le Grain de haricot (Grimm)




Quelques activités

Autour du haricot :

Lecture et compréhension d’album: du conte à la graine

Remettre en ordre les images séquentielles niveau 1niveau 2 du conte Jacques et le haricot magique

Plantation de graines de haricot, maïs et lentilles : de la graine à la plante 

Photographier pour observer la croissance 

Jeu sur les étapes de la croissance du haricot: Le haricot pressé 

Qu’y a t-il dans une graine de haricot ? 

– S’entraîner à écrire le mot HARICOT 

– Jeu mathématique du Haricot Magique : jeu de société à 4 joueurs.

Autour du maïs :

Dégustation de maïs, de blé (pop-corn, céréales) de radis, haricots …

Poursuivre un algorithme simple : alternance graines de maïs/lentille 

Autour des radis :

 Recomposer le mot RADIS en plaçant les lettres comme le modèle

Compter le nombre de radis et associer le chiffre correspondant

Les CP de Peyrins propose leur travail (des illustrations de l’histoire et des fiches de travail ) sur l’album Quel radis dis donc !

Autour du blé :

 De la croissance du blé à la fabrication du pain

Astuces d’observation

 Les terrariums d’observation

 

Le mur de sachets d’observation 

  

 Option recyclage de contenants
 

et option pots de plantation !

 

Jack et le haricot magique

Jack vivait avec sa mère, dans une petite ferme. Ils travaillaient dur tous les deux mais ils étaient très pauvres. Un jour, leur vieille vache ne donna plus de lait et la mère de jack décida de la vendre.
– C’est moi qui vais la conduire au marché, dit Jack.
– Si tu veux, mais ne te laisse pas faire, répondit sa mère, demandes-en au moins dix pièces d’argent.
Et Jack partit au marché, emmenant la vache au bout d’une corde. Il avait à peine fait quelques centaines de pas qu’il rencontra un petit vieux, qui marchait tout courbé sur un bâton.
– Bonjour jack, dit le petit vieux. Où vas-tu donc avec cette vache ?
– Bonjour monsieur, répondit Jack. je vais la vendre au marché, et je vais en tirer un bon prix !
– Si tu veux, tu peux devenir riche comme tu n’as jamais rêvé de l’être, dit le petit vieux. Je t’achète ta vache. Regarde ! je te donne en échange ce haricot.
– Vous vous moquez de moi ! s’écria jack. J’en veux au moins dix pièces d’argent et vous croyez l’avoir pour un haricot ?
– Oui, mais c’est un haricot magique. Si tu le plantes, en une nuit il poussera jusqu’au ciel.
– Jusqu’au ciel ! répéta jack émerveillé à l’idée de posséder une plante magique. Déjà il imaginait les voisins et tout le village qui défilaient dans son jardin pour admirer le haricot géant.

Alors jack vendit sa vache pour un haricot et s’empressa de rentrer à la maison, très content de lui. Inutile de dire qu’après avoir expliqué à sa mère la bonne affaire qu’il venait de réaliser, il perdit vite son air triomphal.
 » Âne, sot, niais…  » , sa mère le traita de tous les noms et finit par s’effondrer sur une chaise en pleurant.
Très contrarié, Jack jeta le haricot par la fenêtre et se mit à pleurer lui aussi. Après une bien triste soirée, il alla se coucher, le coeur gros.

Le lendemain, il se leva le premier et se précipita à la cuisine pour préparer le petit déjeuner de sa mère. Mais impossible d’ouvrir les volets ! Il sortit voir ce qui les coinçait. Quelle surprise ! Un énorme pied de haricot montait contre le mur et poussait si haut que la tige se perdait dans les nuages. Sans hésiter, Jack commença à grimper de branche en branche, de feuille en feuille. Il grimpa… grimpa… grimpa encore… plus haut… jusqu’au ciel. Puis il suivit une route au milieu des nuages et finit par arriver devant un château qui semblait inhabité. Il entra et se promena dans toutes pièces.
Quelle merveille ! Elles étaient pleines de beaux meubles et de toutes sortes de richesses.

Mais, tout à coup se dressa devant lui une géante. Sans perdre son aplomb, Jack lui dit :
– Bonjour madame, pourriez-vous me donner à manger, s’il vous plaît ? J’ai bien faim.
– Mon pauvre enfant, dit la géante, que viens-tu taire ici ? Mon mari est un ogre. Au lieu de te donner à manger, c’est lui qui va te manger.
Jack n’eut pas le temps de répondre car à ce moment, on entendit un grand bruit. Boum ! Bam ! Boum ! Bam !
– Vite, dit la géante, cache-toi derrière le buffet !
Jack se cacha et vit entrer un géant qui portait dans la main un sac et dans l’autre un mouton. Le géant jeta le sac dans un coin et des pièces d’or s’en échappèrent. Il se mit à renifler de tous côtés puis s’écria :
– Ça sent la chair fraîche !
– Bien sûr, dit la femme, vivement. C’est ce mouton que vous apportez. Dépêchez-vous de le préparer pour que je puisse le faire cuire !
L’ogre obéit. La femme fit cuire le mouton, l’ogre le mangea et alla se coucher. Bientôt ses ronflements firent trembler les murs. Alors Jack, tout doucement, sortit de sa cachette, prit le sac de pièces d’or et, en courant, s’en revint comme il était venu.

Pendant ce temps, sa mère l’avait cherché et elle était très inquiète de sa disparition.  » Pauvre petit, se disait-elle, je l’ai tellement grondé hier soir, que peut-être il est parti et ne reviendra pas.  »
Elle fut bien surprise de le voir descendre du haricot et se précipita pour l’embrasser :
– Eh bien, petite mère, lui dit Jack, tu vois que c’était vraiment un haricot magique ! Tiens, c’est pour toi !
Et il lui donna le sac de pièces d’or.
La pauvre femme remercia le ciel de lui avoir donné un fils si habile et tous les deux vécurent des jours heureux grâce à l’or du géant.

Au bout de quelques mois, les pièces d’or furent toutes dépensées et Jack décida de revenir au château des nuages. De branche en branche, de feuille en feuille, il grimpa le long de la tige du haricot. Quand il se trouva la géante, il la salua bien poliment
– Bonjour madame, pourriez-vous me donner à manger, s’il vous plaît ?
– Gredin ! s’écria la géante, n’as-tu pas honte de demander à manger alors que, la dernière fois, tu nous a volé un sac de pièces d’or ?
Avant que Jack ouvrît la bouche pour répondre, le château retentit d’un terrible bruit de pas : Boum ! Bam ! Boum ! Bam !
– Vite, cache-toi dans le four, s’écria la géante.
Jack bondit dans le four pour se cacher, mais il laisse la porte entrouverte, de façon à pouvoir observer ce que faisait le géant. Il le vit poser sur la table un cochon et une cage. Puis le géant se mit à arpenter la cuisine en reniflant de tous côtés :
– Ça sent la chair fraîche ! s’écria-t-il.
– Mais, dit la géante, c’est ce cochon bien gras que vous avez apporté. Aidez-moi à le préparer pour le faire cuire.
– Oui, dit le géant, j’ai bien envie d’un cochon rôti au four.
– Non, dit la géante, ce cochon sera meilleur cuit à la broche.
Ils firent donc cuire le cochon dans la cheminée. L’ogre le mangea avec grand appétit, puis il ouvrit la cage et en sortit une oie d’or. Il la posa sur la table et dit :
– Ponds un oeuf d’or.
Et l’oie pondit un oeuf d’or.
Le géant caressa un moment l’oie d’or puis ses yeux se fermèrent et il s’endormit dans son fauteuil. Aussitôt, jack sortit de sa cachette, prit l’oie et à toutes jambes s’en revint comme il était venu.
Désormais Jack et sa mère n’eurent plus de soucis car l’oie pondait un oeuf d’or tous les jours.

Mais les mois passèrent et Jack finit par trouver ennuyeuse sa petite vie tranquille. Il avait envie de voir encore une fois tous les trésors que le géant entassait dans son château. Alors, de branche en branche, de feuille en feuille, il reprit la route des nuages. Cette fois, il jugea plus prudent de ne pas se faire voir de la géante. Il se faufila dans le
château, gagna la cuisine et grimpa sur une étagère. Là, il se cacha derrière le pot de farine. Au bout d’un moment il entendit : Boum Bam ! Boum! Bam ! À peine entré dans la cuisine, l’ogre se mit à renifler de tous côtés en criant :
– Ça sent la chair fraîche ! Ça sent la chair fraîche !
La femme regarda derrière le buffet, où Jack s’était caché la première fois, puis dans le four, mais ne le trouva pas. Ils cherchèrent le garçon partout mais n’eurent pas l’idée de regarder derrière le pot de farine. À la fin, ils pensèrent qu’ils s’étaient trompés. Jack les vit déjeuner d’une vache rôtie.
Puis le géant prit dans un placard une harpe d’or et la posa sur la table :
– Joue, harpe d’or, dit le géant.
Et la harpe se mit à jouer. Sa musique était si douce que le géant et sa femme ne tardèrent pas à fermer les yeux et à s’endormir. Dès que retentirent les ronflements, Jack sortit de sa cachette et prit la harpe. Mais, en quittant le château, il cogna la harpe contre la porte et elle résonna : doïng ! doïng !

À ce bruit, le géant se réveilla en sursaut et poussa un cri terrible en Voyant Jack emporter la harpe. Il s’élança aussitôt pour le rattraper.
Ah mes amis, quelle course ! Le géant allait saisir le garçon mais celui-ci sauta sur la tige de haricot et commença à descendre.
Comme une sauterelle, le petit bondissait de feuille en feuille, tandis que le géant descendait lourdement. Il n’avait pas fait la moitié du chemin que Jack était déjà par terre et courait chercher une hache dans la grange, pour couper la tige du haricot. Vite ! le géant arrive… Trop tard pour lui ! Crraac ! le haricot s’écroule comme un arbre sous les coups du bûcheron et le géant s’écrase par terre !

Désormais, Jack ne pouvait plus revenir au château des nuages. Mais il avait eu si peur qu’il n’en avait pas envie ! Grâce aux oeufs d’or, il vécut sans soucis, et quand il voulait se distraire, il écoutait la douce musique de la harpe d’or.




Laisser un commentaire